Impact Solaire : cas où le préjudice n’est pas solaire

Dans ce petit exemple, il a été fait une demande pour une étude solaire suite au dépôt d’un permis de construire d’un immeuble de grande taille. Légitimement, le voisinage s’est ému de la question et a demandé une étude d’impact solaire. Dans le cas présent, il s’est avéré que l’immeuble ne produirait pas d’ombres portées sur la parcelle étudiée et donc que l’impact serait négligeable.

image

En blanc les deux architectures concernées : l’immeuble nouveau et la maison du plaignant.

image

Analyse rapide aux solstices et équinoxes

Janvier

image

21janvier000921janvier001021janvier001121janvier001221janvier001321janvier001421janvier001521janvier0016

Mars-Septembre

image

21mars-septembre000821mars-septembre000921mars-septembre001021mars-septembre001121mars-septembre001221mars-septembre001321mars-septembre001421mars-septembre0015

Juin

image

21juin000621juin000721juin000821juin000921juin001021juin001121juin001221juin001321juin001421juin001521juin001621juin001721juin001821juin0019

Conclusion

Dans le cas présent, comme cela arrive parfois avec les études solaires, le masque visuel est confondu avec les ombres portées. Ici, si l’impact solaire sera faible, il n’en est pas de même concernant l’impact visuel, le fait de se retrouver avec un obstacle visuel très très fort. Cela peut être mesuré, mais c’est une autre méthode qui doit être mise en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.