à la recherche des représentations d¹une tombe à couloir du IVe millénaire

Première restitution du programme pilote "à la recherche des représentations d¹une tombe à couloir du IVe millénaire"

Gavrinis est un monument mondialement connu, incontournable de l’histoire de l’art pour la richesse de ses gravures, situé sur une petit île dans le paysage mégalithique du Morbihan.

Premier site mégalithique numérisé par des technologie de pointe laser réunissant des archéologues, des archéomètres, des architectes et des géomètres. À la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire

Première visualisation et restitution du projet scientifique pilote sur écran circulaire avec une projection en chambre d’immersion. Il s’agit de donner l’accès à un “work in progress”, au processus de décryptage, ainsi qu’à la mise en scène de documents informatiques et graphiques permettant de se déplacer à travers des nuages de points à l’intérieur du site de Gavrinis en temps réel. Le prototypage définitif est prévu par une société d’informatique fin 2012.

Avec : Serge Cassen (CNRS, Nantes) Laurent Lescop (ENSA, Nantes) Valentin Grimaud (LARA et ENSA, Nantes)

Bruno Suner (ENSA, Nantes) Et Guirec Querré (Archéosciences, Rennes) Didier Morel (MMW, Vannes) et le CRT (Morlaix)

image

Gavrinis, sur l’estuaire de la rivière de Vannes, est connu pour l’extraordinaire profusion des gravures conservées sur des piliers monolithique. L’ objectif est de requalifier ces représentations en constituant un nouveau corpus des tracés gravés, compris dans un contexte architectural et replacés dans le volume des supports. Un enregistrement des données topographiques, archéologiques, pétrographiques et acoustiques du tumulus et de la tombe à couloir permet d’assurer une représentation de l’architecture et des signes gravés. Le relevé topographique a consisté en un enregistrement de données spatiales géoréférencées (105 millions de points). Cette étape a balayé le cairn dans son ensemble à l’aide d’un premier scanner. Les parois de la tombe et la face supérieure de la dalle de la couverture (aujourd’hui inaccessible au regard pour le grand public) ont été enregistrées au moyen d’un second scanner à résolution infra millimétrique. Différents logiciels traitant les nuages de points ont été testés pour retenir le meilleur outil permettant ensuite de restituer les gravures. Concernant les signes gravés, un tableau des méthodes est proposé qui permet d’apprécier avantages et inconvénients des anciens procédés comparés aux nouvelles techniques (photographie numérique, scanner 3D). Le scanner permet enfin de restituer les gravures dans le relief fidèle du support, puis dans l’ordre architectural du monument, l’enregistrement des tracés en surface d’une roche grenue (granite) doit être complétée par la photographie numérique avec lumière rasante. Ces deux méthodes sont complémentaires.

Le site Internet du laboratoire LARA-POLEN à l’université de Nantes présente un résumé illustré de l’opération : http://lara-polen.univ-nantes.fr/spip.php?rubrique92

Le site de Gavrinis sera ouvert au public à partir du 29 mars 2011 Accès photos : http://www.ml-communication.fr/gavrinis

Relation presse : Françoise Guy / 06 62 23 91 27)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.